Nouvelles: Bienvenue aux auditeurs et auditrices de Fréquence Bonheur et aux amis(es) de la Biosynergie. Ce forum d'entraide mutuelle vous est destinée. Les auditeurs de Fréquence Bonheur pourront y partager leurs questions et découvertes et surtout leurs sujets de réflexion.

  • 28 Novembre 2021 - 18:58:59

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - Roland

Pages: [1]
1
Poèmes / Et la parole-oubliée a été faite chair...
« le: 23 Décembre 2006 - 20:51:44 »
Oh, le parfum de ces heures où Dieu vivait en nous, en nous laissant croire, bonté suprême que nous reposions en lui.

Mais pourquoi oh dieu ! Un Dieu voulut-il prendre chair et os, peau et peur ? Pourquoi voulut-il me rencontrer dans l´intime de ma chair ? Pourquoi le souffle ? Pourquoi le rythme de mes doutes et mes cloche-pied ?
Pourquoi les saints et les héros n´ont-ils demandé à..Vénus ! De nous enseigner ?

   Pourquoi as-tu tardé à me dire que la jouissance est bien la semence de l´incarnation, son élan et son accomplissement ?

   Oh Dieu, ma chair veut être au vif de ta Présence, palpitation et prière.


2
Poèmes / Je te sais
« le: 23 Décembre 2006 - 20:49:38 »
Je te nommais  "errements"  /  je te sais voyage

Je t´appelais  "aveuglement"  /  je te sais initiation

Je vous croyais tremblement  /  je vous sais vibration de l´océan d´amour

Mes ombres, mes épreuves, mes doutes, mes lassitudes, mes espérances  /  je sais maintenant que vous êtes le feu et la chair d´une autre naissance ...

3
Poèmes / Pour l'abandon
« le: 23 Décembre 2006 - 20:45:29 »
Je voudrais être femme
Pour connaître l´abandon
Mâle, né d´elle, j´émets, je pulse, je brandis
Ouvert ! Où est ton secret, ton exaltation ?

Femme ! Je voudrais être ange et femelle
Je te connais aussi peu que je connais ma propre chair
Je veux retrouver dans l´abandon une terre dont j´ai oublié le grain
Danser parfois avec le Double qui me hante
Dévoiler du désir pas ce désir qui me pousse vers ce que j´ignore
M´abandonner à l´intensité de l´Appel, à la vocation du ventre

Je voudrais être femme pour sentir l´intime excès de la Présence
Pour expérimenter l´Ouvert qui attend
L´attente du désir d´être rempli et comblé
Je suis le désir d´être autre chose
Désir de m´ouvrir à l´au-delà des sens
Le désir d´être l´Autre que je ne sais pas encore que je suis
Le désir d´être l´Abandon que tu m´offres en abondance

M´abandonner, jeter toute défense pour naître à l´intensité
Sous tes doigts, en ta coupe, par ton ivresse, entrer en féminité
Pénétrer le féminin, l´habiter, le célébrer

Puis l´abandonner à nouveau

Je suis...je suis..

4
Poèmes / Enivrez vous
« le: 23 Décembre 2006 - 20:43:18 »
Tout est là... ouvrons les mains...
         
   
Oh M. Baudelaire

"Il faut être toujours ivre, tout est là "



Ivres de dons, de sensations, d´élans
   Tout est là

Vivre de fulgurances, d´émois, d´appétits
   Tout est là

Livres de mystères, de fraîcheurs et d´ombres
   Tout est là

Vibrer de soleil et d´inaccessible, de silence et de lueurs
   Tout est là

Ivresse de feu et d´eau, de miettes et de vastitudes
   
   Ivres d´amour et d´Amour

         Tout est là

5
Poèmes / Et si BECKETT avait lu ANGELUS SILESIUS ?
« le: 23 Décembre 2006 - 20:39:11 »
Johannes Scheffler dit.. (1624- 1677)

En attendant Godot : début !

Route de campagne avec arbre

Estragon.   - Rien à faire

   Refrain
Estragon.   - Allons-nous-en
Vladimir.   - On ne peut pas
Estragon.   - Pourquoi ?
Vladimir.   - On attend Godot
Estragon.   - C´est vrai
Vladimir.   - Il n´y a rien à faire


A. Silesius : 1657
La rose est sans pourquoi ; fleurit parce qu´elle fleurit
   
Silesius.   - Ami, où que tu sois, ne t´arrête pas là
Estragon   - Allons-nous-en
Vladimir   - On ne peut pas
Silesius   - Va là où tu ne peux ; regarde où tu ne vois
         Ecoute où rien ne bruit : tu es où parle Dieu
Etragon   - Pourquoi ?
Silesius   - Ton trouble vient de toi
         Ni Dieu, ni le créé ne peuvent te troubler
         C´est toi-même (ô folie) qui t´inquiète des choses
Vladimir   - On attend Godot
Silesius   - Il te faut patienter encore
        Attends mon âme
        Car vois comme Dieu me cherche, pour reposer en moi
Estragon   - C´est vrai
Silesius   - Dieu sans moi ne peut rien
        Tu dois être limpide et habiter l´instant
Vladimir   - Il n´y a rien à faire
Silesius   - Ne clame pas vers Dieu, en toi-même est la source


   Oui mais !

Estragon   - Allons-nous-en

Silesius   - Il faut se porter au-delà de soi
        Et ayant ton esprit par delà lieu et temps
        Tu peux dans chaque instant être dans l´éternel
Vladimir   - On ne peut pas
Silesius   - Un coeur auquel peuvent suffire lieu et temps
        Ne connaît rien vraiment de son immensité
Estragon   - Pourquoi ?
Silesius   - Si tu aimes quelque chose, tu n´aimes rien vraiment
        Dieu n´est ceci, ni cela. Laisse le quelque chose
Vladimir   - On attend Godot
Estragon   - C´est vrai
Silesius   - La parole éternelle encore aujourd´hui s´enfante
        Où donc ? Là où t´es perdu toi-même en toi
Vladimir   - Rien à faire
Silesius   - Tu dois être le ciel
        Tu n´iras pas au ciel (pourquoi tant t´agiter)
        Si tu n´es pas d´abord toi-même un ciel vivant
Estragon   - Didi
Vladimir   - Oui
Estragon   - Je ne peux plus continuer comme ça
Vladimir   - On dit ça
Estragon   - Je suis fatigué            (un temps)
        Allons-nous-en

Silesius   - Arrête, où cours tu donc ? Le ciel est en toi
        En cherchant Dieu ailleurs, tu le manques sans fin
Vladimir   - On ne peut pas
Silesius   - Il faut que le connaissant devienne le connu
        Ce qu´on connaît en Lui, il faut l´être soi-même
Estragon   - Pourquoi ?
Silesius   - Toi-même fais le temps.Tes sens en sont mesure
        Mais que cesse ton trouble et c´en est fait du temps
Vladimir   - On attend Godot
Silesius   - Dieu vraiment n´est rien, et s´il est quelque chose
        Il ne l´est bien qu´en moi, alors qu´Il me fait sien
Estragon   - C´est vrai
Silesius   - Tu n´appartiens au Tout qu´en étant mû toi-même
Vladimir   - Il n´y a rien à faire
Silesius   - Qui ne se donne à toi, ô noble liberté
        Ne sait rien de ce que qu´aime un homme qui t´aime

      Ami, où que tu sois
      Ton trouble vient de toi
      Tu n´aimes rien vraiment
      Allons-nous-en
      Tu peux dans chaque instant
      Allons-nous-en
      Habiter l´instant
      Allons-nous-en
      Tu dois être le ciel
      Pourquoi ?
      Toi-même fais le temps
      Pourquoi ?
      O noble liberté, pourquoi ?
      Il faut se porter au-delà de soi
      Pourquoi ?
      Fleurit parce qu´elle fleurit
      Arrête, le ciel est en toi

Estragon   - C´est vrai
         Il relève le pantalon.         Silence
Vladimir   - Alors, on y va ?
Estragon   - Allons-y
               Ils ne bougent pas

   
         Rideau


A. Silesius   - Ami, j´arrête là. Si tu veux lire encore
        Va, toi-même deviens l´écriture et l´essence        



Pages: [1]